Thèse de Doctorat 2016-19 (Dimitri Chauraud)

Vers de nouvelles voies de nanostructuration: application à l’Au{111}

La nanostructuration de surface est la possibilité d’apporter, à des matériaux, de nouvelles propriétés par l’intermédiaire de leur surface. Il est possible de la modifier ou de créer des gabarits permettant de la fonctionnaliser par apport de molécules ou d’agrégats métalliques. Une des possibilités est d’utiliser directement l’arrangement atomique déjà présent, voire les reconstructions générées à la surface.

chevron1

Figure 1. Images STM caractéristiques de la reconstruction (a) les rectangles bleus schématise la cellule unitaire. La rencontre entre deux variants donne naissance aux chevrons. (b) zoom sur les chevrons.

Dans cette optique, la surface de l’Au{111} offre des perspectives très intéressantes de par sa reconstruction particulière de surface. La reconstruction en chevrons de la surface {111} de l’or est une des plus étudiées, du fait de son intérêt marqué comme motif pour organiser des molécules, des agrégats métalliques en vue de leur utilisation pour la microélectronique, comme nano-catalyseur ou dans le stockage de l’information. L’objectif est d’étudier l’évolution sous contrainte de cette surface avec le banc Nanoplast qui couple un STM et un dispositif de compression. Nous nous attacherons à mieux appréhender d’une part l’influence de la contrainte appliquée sur la reconstruction en chevrons et d’autre part l’influence des traces de glissement, apparaissant au-delà de la limite d’élasticité, sur la réorganisation de ces chevrons. Autrement dit, nous chercherons à comprendre l’influence du champ de contrainte généré par les marches atomiques en surface et les interactions possibles entre traces de glissement et chevrons.

 

Recherche

Menu principal

Haut de page